La rhinoplastie médicale est une procédure dans laquelle des produits de remplissage injectables, le plus souvent à base d’acide hyaluronique, sont utilisés pour modifier et modeler le nez d’une personne sans chirurgie invasive. La rhinoplastie non chirurgicale est une intervention d’augmentation ; ainsi elle ne peut pas réduire la dimension du nez. C’est une intervention esthétique. Sachez que les produits de remplissage peuvent endommager la peau et causer de graves dommages cutanés, le remplissage du nez avec des produits de remplissage peut entraîner une nécrose.

Développées à l’origine au début du siècle, les premières tentatives utilisaient des charges pour les tissus mous comme la cire de paraffine et le silicone. L’intervention a été abandonnée lorsque des complications tardives désastreuses ont commencé à apparaître. Des produits de comblement plus modernes sont maintenant utilisés.

 

Histoire 

rhinoplastie medicale histoireLa rhinoplastie non chirurgicale serait apparue au début du XIXe siècle, lorsque le neurologue new-yorkais James Leonard Corning (1855-1923) et le médecin viennois Robert Gersuny (1844-1924) ont commencé à utiliser de la paraffine liquide pour élever le « dos nasal affaissé » qui caractérise la « déformation du nez du sillet ». Pourtant, malgré son efficacité corrective, la paraffine liquide s’est avérée biologiquement nocive.

Dans les années 1960, les chirurgiens rhinoplasticiens ont commencé à utiliser des produits de comblement des tissus mous à base de gel de silicone de qualité médicale. Cependant, comme la paraffine liquide, les gels de silicone se sont avérés biologiquement nocifs, causant des ulcères et des granulomes, comme on l’a signalé en 1977. Pour minimiser le risque, D.S. Orentreich a préconisé en 2000 la  » technique des microgouttelettes « , soit des doses infimes de silicone injectées sur plusieurs séances.

En 1977, Robert Kotler, M.D., FACS, a appris la technique des microgouttelettes de Jack Startz, M.D. et a commencé à offrir une opération permanente du nez à ses patients. Les rendez-vous étaient espacés de cinq à six semaines ; l’intervention coûtait moins cher qu’une rhinoplastie chirurgicale.

En 2002, l’oto-rhino-laryngologiste américain Dr Alexander Rivkin a commencé à utiliser des produits de remplissage injectables comme Restylane et Radiesse qui avaient récemment été approuvés par la FDA pour améliorer les contours du nez de ses patients. Il a mis au point une procédure de bureau consistant en une série de petites injections de produit de remplissage à des endroits précis sur le nez. Après l’avoir pratiquée régulièrement en 2003, Rivkin l’a rendue publique dans divers médias américains sous les appellations « rhinoplastie non chirurgicale » et « rhinoplastie par injection ». Le but principal de l’intervention était de rendre plus droit un nez bosselé ou courbé. Il a observé que le redressement du nez le faisait paraître plus petit (même s’il l’augmentait) en l’harmonisant mieux avec les contours du reste du visage. Cette observation a également été reprise par des médecins ultérieurs. L’étude Rivkin 2009 de 385 patients demeure la plus grande expérience publiée avec cette technique dans le monde.

En 2005, le Dr Andrew Tuan-Anh Le, de l’Australie, a publié une étude pilote faisant état de résultats correctifs réussis à l’aide du gel de polyacrylamide de remplissage des tissus mous, un colloïde hydrophile injecté dans les tissus du défaut nasal, connu sous le nom commercial d’Aquamid, et qui a été utilisé par d’autres types de remplissage pour tissus mous.

 

Aperçu de la procédure 

 

AVANT ET APRÈS : Pont bas et pointe nasale insuffisamment projetée (photo de gauche) corrigée par l’injection de Radiesse dans la pointe et le dos.

rhinoplastie medicale produit remplissage

AVANT ET APRÈS : Nez bosselé (photo de gauche) redressé avec injection de produit de remplissage.

AVANT ET APRÈS : La pointe nasale tombante (photo de gauche) est soulevée à l’aide d’une injection de produit de remplissage.

Parce que le nez est le point d’ancrage du visage, un nez esthétiquement proportionné équilibre les traits physionomiques d’une personne. Une correction non chirurgicale est envisagée pour les patients présentant un défaut esthétique approprié au traitement ou un défaut résultant d’une rhinoplastie chirurgicale (primaire ou secondaire). Bien que l’intervention soit habituellement effectuée à des fins esthétiques, elle peut aussi être utilisée pour corriger certaines anomalies congénitales. Comme l’intervention n’est pas invasive, les ecchymoses et l’enflure sont minimes. L’intervention n’a pas pour but de diminuer la taille du nez, bien qu’elle puisse donner l’impression que le nez est plus petit en lui donnant un aspect plus droit. Il est fréquemment utilisé pour augmenter la hauteur et la définition de l’arête nasale, ainsi que pour augmenter d’autres zones du nez définies avec précision. Cette procédure n’est pas utilisée pour corriger les défauts fonctionnels. La rhinoplastie non chirurgicale est utilisée par des patients de toutes origines ethniques.

 

La technique d’injection de remplissage permet :

  • L’augmentation d’un pont nasal plat (dorsal déprimé)
  • La projection supplémentaire de la pointe nasale
  • Correction des columelles rétractées
  • Petite réduction de la taille des narines
  • La diminution perceptuelle d’une bosse nasale
  • Remplissage d’une dépression de la paroi latérale nasale
  • L’amélioration d’une colonne vertébrale nasale antérieure rétractée
  • Le rehaussement d’un maxillaire rentré latéral à l’ouverture pyriforme (en forme de poire) pour déplacer le plan antérieur
  • L’élévation d’une déformation du nez causée par une rhinoplastie primaire ratée
  • Blessure traumatique

Comme pour les autres interventions esthétiques, les complications possibles de l’intervention peuvent comprendre :

  • une infection
  • un hématome
  • un inconfort
  • une asymétrie anatomique ou une réaction de corps étranger (appelée granulome).

Les granulomes sont extrêmement rares et se rencontrent surtout avec le silicone impur et certaines des premières versions du méthacrylate de méthyle.

 

Remplisseuses modernes

La durée des résultats dépend du type de mastic utilisé. Les agents de comblement modernes injectables pour tissus mous comprennent :

  • Hydroxyapatite de calcium : une charge à base de calcium, non allergène, plus solide que l’acide hyaluronique et qui dure de 10 à 14 mois. Cependant, elle n’est pas réversible.
  • Acide hyaluronique : un agent de comblement temporaire sûr et non allergène qui dure de 6 à 10 mois. Cette charge peut être dissoute par injection d’une enzyme appelée hyaluronidase.
  • Silicone liquide : le silicone de qualité médicale est parfois utilisé dans une technique de microgouttelettes pour les versions permanentes de la procédure.
  • Gel de polyacrylamide (PAAG ou Aquamid) : une charge permanente utilisée le plus fréquemment en Asie et en Australie. Certaines études ont depuis constaté une augmentation des complications avec Aquamid.
  • Polymethylmethacrylate: une charge permanente faite de billes de plastique chirurgical microscopiques inertes. Il est emballé avec du collagène bovin comme support, donc un test cutané est nécessaire avant le traitement. Cette charge est injectée en plusieurs séances de traitement.

 

Techniques

rhinoplastie medicale techniques

L’anesthésie préférée pour la rhinoplastie non chirurgicale est la crème topique (anesthésie topique). Certains médecins ont recours à l’anesthésie locale (p. ex. injections de lidocaïne), mais cela peut masquer la zone à injecter.

Le médecin injecteur utilise une seringue stérile, préemballée avec une aiguille hypodermique (p. ex. 27-G, 25 mm) pour injecter le produit sous la peau nasale, le plus souvent dans les tissus sous-cutanés profonds, juste au-dessus du périoste.

La procédure d’injection et de mise en place du matériau de comblement des tissus mous prend généralement de 10 à 30 minutes dans la salle de consultation du chirurgien, après un engourdissement initial de 15 minutes. Après l’intervention, le patient peut généralement reprendre immédiatement ses activités normales.