Pour avoir un plus joli nez, vous souhaitez vous tourner vers la rhinoplastie ? Si vous avez déjà pris votre décision, c’est que vous vous êtes déjà renseigné sur les différentes procédures, les avantages, les inconvénients et les risques de cette intervention chirurgicale. Pour vous préparer davantage à votre opération, voici des informations supplémentaires que vous devez absolument savoir. Elles concernent la relation entre les traitements médicaux et l’acte chirurgical qui vous attend.

Pourquoi faut-il arrêter de prendre certains médicaments avant l’opération ?

Les patients n’ont pas souvent le réflexe de poser cette question. Pourtant, il faut savoir que l’arrêt de certains médicaments est obligatoire pour que l’opération se déroule à merveille. En effet, il peut y avoir une réaction ou un effet indésirable si l’anesthésie et les traitements que vous prenez sont combinés. C’est pour cette raison qu’il faut prendre rendez-vous avec un anesthésiste en plus de l’entretien avec votre chirurgien.

Pour information, notez que les IMAO utilisés comme antidépresseurs ne doivent plus être pris environ une quinzaine de jours avant la rhinoplastie. Ceci est dû au fait qu’ils sont incompatibles avec les analgésiques utilisés dans les anesthésies, comme la morphine. En plus de cela, les antidépresseurs peuvent provoquer tant des troubles de la tension artérielle que de l’arythmie.

Si jamais vous suivez des traitements diurétiques, vous devez les arrêter 48 heures avant votre opération, du fait qu’ils peuvent causer une diminution du volume total du sang qui circule. Cela peut alors entraîner des désordres au niveau du métabolisme du potassium dans votre organisme.

Si vous prenez des contraceptifs hormonaux par voie orale, un arrêt d’une durée d’un mois avant votre rhinoplastie doit être prévu pour éviter de très graves risques thromboemboliques post-opératoires.

Cependant, la prise de certains médicaments doit être maintenue jusqu’à l’intervention. Il s’agit principalement des antidiabétiques oraux, des anti comitiaux, des antiparkinsoniens ou encore des corticoïdes.

Lors de l’examen médical avec votre anesthésiste, ne lui cachez rien. Dévoilez-lui tous les médicaments que vous avez tendance de prendre. Partagez-lui également vos antécédents médicaux et surtout chirurgicaux.

Huile de krill : un produit naturel pour mieux affronter votre rhinoplastie

Bien que vous soyez bien préparé physiquement pour votre opération, il faut aussi que vous soyez prêt psychologiquement. Il se peut que tout ce qui concerne votre intervention vous stresse que l’anxiété fasse partie de votre quotidien. Vous pouvez prendre de l’huile de poisson pour remédier à cela. En effet, l’huile de krill réduit l’anxiété pour que vous puissiez affronter votre intervention de rhinoplastie en toute sérénité.

Il faut tout d’abord savoir que le cerveau humain est composé à 30% d’acides gras et d’au moins 5% d’oméga-3. Ces éléments sont très importants pour assurer un meilleur équilibre du système nerveux. En plus de cela, l’EPA ou acide eicosapentaénoïque aide à réduire le taux de cortisol dans votre corps. Il s’agit de l’hormone du stress. Il aide aussi à stimuler la sécrétion de sérotonine, qui est l’hormone régulatrice de l’humeur. Il faut aussi préciser qu’une carence en oméga-3 peut entraîner la réduction de l’hormone du bonheur ou la dopamine. Ainsi, une cure en huile de poisson, notamment de krill serait une très bonne alternative pour lutter contre la dépression et l’anxiété.

Pour conclure, n’hésitez surtout pas à poser d’autres questions à votre chirurgien ou à votre anesthésiste pour mieux vous accompagner dans l’ensemble des préparatifs de l’opération que vous allez avoir.